Bienvenue au Club Moral

interview by Idiocratie.
published on 22 Dec 2016 in Idiocratie

club%2Bmoral%2B1.jpeg

Formation aussi culte qu'underground, Club Moral a commencé sa longue carrière au tout début des années 80, emmenée par Danny Devos, performeur extrême et par Anne-Mie Van Kerckhoven, artiste plasticienne et musicienne. Connu et révéré par un public d'initiés, Club Moral a d'abord sévi dans sa Belgique natale avant d'enchaîner les performances aux côtés de formations aussi emblématiques que NON ou Whitehouse. Déclaré mort en 2005, au point d'avoir son propre « monuments aux morts » exposé à la galerie des Beaux-Arts d'Anvers portant les noms de près de 300 artistes ayant contribué au collectif, qui aurait cru que le Club Moral renaîtrait un samedi de décembre 2016 au Marquis de Sade à Rennes et que le Fonds régional d’art contemporain (FRAC) de Bretagne déciderait un jour d'exposer les œuvres d'Anne-Mie Van Kerckhoven ? L'art contemporain deviendrait-il enfin provocateur ? A l'issue du concert du samedi 10 décembre, les Idiots ont obtenu un entretien avec les deux fondateurs du Club Moral.

Idiocratie : Quand est né Club Moral ?

Anne-Mie Van Kerckhoven/Danny Devos : Nous avons commencé en 1981. Il y a plus de trente ans, en Belgique, à Anvers.

Idiocratie : Quel était le projet de Club Moral à vos débuts ? Comment cela a-t-il commencé ?

AK/DD : Au début des années 80, la scène industrielle commençait à se développer en Belgique. On s'est rencontré à ce moment-là. J'avais (Anne-Mie Von Kerckoven) loué trois grandes chambres dans un complexe industriel. L'une des chambres était occupée par Danny qui m'a proposé d'inviter des artistes et des amis bruxellois pour monter des performances. Il n'y avait pas à cette époque de lieu à Anvers où ce genre de choses pouvaient se faire et où on pouvait voir et entendre de la musique comme ça. A Bruxelles, ça existait mais pas encore à Anvers.

Idiocratie : C'est à partir de là qu'a débuté le Club Moral ?

AK/DD : Oui. On s'est mis d'abord à inviter nos amis comme Etat Brut [Etat Brut est un groupe bruxellois, pionnier de la musique industrielle et noise, ayant sévi entre 1979 et 1983. Le duo Philippe x et Philippe X a sorti une dizaine de cassettes] et puis d'autres encore. Ce n'était pas vraiment planifié, les choses se sont faites naturellement et ça a donné Club Moral.

Idiocratie : Et comment est venue le nom « Club Moral » ?

AK/DD : J'avais (Anne-Mie Van Kerckhoven) trouvé un badge du « Club Balmoral » [une des plus anciennes discothèques de Belgique, aujourd'hui encore un club branché de Gand]. J'ai effacé les trois lettres « Bal », et ça m'a donné « Club Moral ». Ca faisait bien six mois qu'on cherchait un nom avant que j'ai cette idée ! On savait qu'on voulait quelque chose de belge, on est des Flamands, tu vois ? Et « Club Moral », c'est une sorte de belgissisme qui correspondait à ce qu'on avait commencé à mettre en place et ce qu'on voulait faire : une sorte de club oui mais dédié à l'expérimental, et à la manière de repousser aussi les limites de la morale. « Moral », c'était aussi parce que Danny faisait des performances qui exploraient justement les limites, qui mettaient en scène la violence, le crime, le meurtre, toutes ces choses qui allaient bien aussi avec la musique qu'on faisait.

Idiocratie : Vous avez poussé le concept loin dans vos performances et bien au-delà des frontières de la Belgique.

AK/DD : Lors de nos premières représentations dans les années 80 il y avait des gens qui partaient ou qui étaient malades ! On a commencé ensuite à se produire dans de multiples endroits en Europe et on a rencontré d'autres groupes, belges évidemment mais aussi anglais, allemands, français ou américains. C'était une scène très vivante, très audacieuse aussi, à ce moment, et on pouvait pousser très loin les performances et l'expérimentation.

Idiocratie : Quel regard vous portez aujourd'hui sur la scène industrielle actuelle ?

AK/DD : Est-ce qu'elle est encore existante ? Allez, de temps en temps, on est encore invités à des événements où il y a... beaucoup de vieux ! On ne sait pas en fait si la scène industrielle est encore vivante ! Et toi tu en penses quoi ?

Idiocratie : Eh bien, ça doit faire vingt ans que j'assiste à des concerts de musique industrielle où je rencontre des gens que je voyais il y a vingt ans et qui vieillissent en même temps que moi, que je revois quasiment à chaque concert.

AK/DD : Ah ça c'est bien, mais c'est en France aussi.

Idiocratie : En France, au Royaume-Uni, en Allemagne, à l'échelle européenne, les choses bougent encore un peu tout de même…

AK/DD : Oui, c'est vrai, on a joué récemment, en septembre, à Dresden, pour le festival « Tower Transmissions » [organisé depuis l'an dernier, qui réunit anciennes et nouvelles formations, représentatives de toute la scène industrielle européenne] et là il y avait beaucoup plus de gens de tous âges, avec un mélange de génération. Mais en Belgique en revanche, on voit qu'il ne se passe plus grand-chose. Il y a naturellement des gens qui continuent à faire de la musique expérimentale, des choses un peu « free » mais de la musique industrielle pas vraiment. En Flandres peut-être encore mais en Wallonie on voit les gens quelque fois se rendre à des concerts de musique « industrielle » et qui sont surtout là pour se déguiser. Ou bien il y a des jeunes gens qui font surtout de la copie de copie de copie…

Idiocratie : Et ce soir ? Vous avez rencontré un public différent ?

AK/DD : Oui, ce n'est pas forcément le public habituel. C'est nouveau : beaucoup de gens qui ne nous connaissaient pas, qui nous découvraient, c'est bien aussi.

Idiocratie : Cela vous a surpris de pouvoir venir à l'initiative du FRAC Bretagne ?

AK/DD : On est toujours content d'être invités, de pouvoir jouer ou exposer, on est donc contents d'avoir pu être là ce soir. Après le musée d’Art Contemporain d’Anvers ou celui d’Oostende, j'ai (Anne-Mie Van Kerckhoven) pu exposer mes réalisations ici, c'est une bonne chose aussi.

Pour cette soirée, Club Moral n’a pas réalisé stricto sensu une performance avec une musique bruitiste et une dose importante d’improvisation, mais a décliné ses titres les plus « célèbres » dans une version plus électronique et plus abordable pour un public très largement néophyte en la matière. Cela a pu surprendre les « anciens », d’autant plus que Danny Devos semblait un peu sur la retenue, mais les titres conservent une puissance propre, quelque chose de particulier, bref, de Club Moral.

Récemment, il y a eu une grande rétrospective de toutes les activités artistiques qui ont accompagné Club Moral depuis 1981 au musée d’art contemporain d’Anvers. De son côté, Anne-Mie est invitée par le Museum Abteiberg à Mönchengladbach (Allemagne) jusqu'au 26 février 2017.

Related concerts: Marquis de Sade
Online url: http://idiocratie2012.blogspot.com/2016/12/bienvenu-au-club-moral.html

155 views